La dette n’est qu’une promesse

La dette n’est qu’une promesse (2016)

saladin_la_dette_n_est_qu_une_promesse_1

Trois presses à gaufrer sont laissées à la disposition du public pour qu’il puisse les utiliser sur ses propres billets de banque. Chaque presse imprime la même phrase, mais dans une langue différente (allemand, français ou grec), dans l’épaisseur même du papier, écrite dans la police de caractères officielle de la commission européenne : « la dette n’est qu’une promesse ».

saladin_vue_expo_2

Réduction d’activité

reduction activite small

Réduction d’activité (2015)

La pièce Réduction d’activité consiste en un protocole proposé au lieu d’exposition où elle est présentée, qui reconfigure ses horaires d’ouverture en les réduisant chaque jour d’une même durée par rapport au jour précédent, de sorte que l’heure de fermeture soit de plus en plus tôt. Pour sa première activation dans le cadre de l’exposition D’une main invisible à Salle Principale (du 20 mai au 25 juillet 2015), le temps soustrait chaque jour ouvrable est de cinq minutes. La somme du temps d’ouverture déduit sur la durée totale de l’exposition détermine en contrepartie la valeur de la pièce, de manière cumulative d’une activation à une autre. Plus la pièce produit du temps libre, plus sa valeur augmente.

Salle Principale, 28 rue de Thionville 75019 Paris

Calendrier des révoltes

Layout 1 Layout 1

Calendrier des révoltes / Calendar of Revolts (2015)

Calendrier 2015 où les information habituelles relatives à chaque jour laissent place à l’unique mention d’une révolte ayant eu lieu ce même jour.

Calendar of Revolts takes the form of a calendar for the year 2015 that replaces the celebrations of the patron saints on all 365 days of the year with the anniversaries of popular revolts taken from the pages of modern and ancient history.

Design Vier5 ; production CAC Brétigny. Poster 84,1 x 59,4 cm, 1100 exemplaires.

Economic Score #2

Economic Score #2 (2014)

La pièce Economic score consiste en la transposition d’une économie culturelle en partition. La version « Soleil politique, 2014 » comprend 3 tables à utiliser conjointement dans la préparation de l’interprétation. Elle reprend le budget de l’exposition Soleil politique (commissariat Pierre Bal-Blanc), Museion, Bolzano, 26/09/2014 – 11/01/2015.

Interprétée par l’ensemble Air-Borne, le mercredi 29 octobre 2014.

The work Economic Score transposes a cultural economy into a musical score. For the version Economic Score: Soleil politique, the exhibition budget, including production costs and private financial support, has been transcribed as a musical score. The score will be performed on October 29, 2014, during Bolzano’s Festival of Contemporary Music. The work refers to aspects of social and economic life that, given their immaterial nature and omnipresence, escape direct perception and yet nevertheless dictate and mold attitudes, discourses, social relations, and daily activities. The ideological imprint of material production is appropriated as a medium in order to investigate the tensions of social space, along with the relation between aesthetic perception and the economic activities that govern it.

11579_729929760429105_1484032678701317129_n

Tentative d’épuisement du bruit blanc

tentative-depuisement-du-bruit-blanc

Tentative d’épuisement du bruit blanc (2014)

www.tentativedepuisementdubruitblanc.net

Le bruit blanc est défini en traitement du signal comme la « réalisation d’un processus aléatoire dans lequel la densité spectrale de puissance est la même pour toutes les fréquences ». Dans Tentative d’épuisement du bruit blanc, chaque connexion au site web génère de manière aléatoire une fréquence sonore comprise entre 20 Hz et 20 kHz. Cette fréquence s’ajoute alors aux fréquences/connexions antérieures, tout comme les fréquences/connexions ultérieures viendront s’ajouter à elle. L’activité du site est ainsi un processus sans fin tendant à la réalisation d’un bruit blanc, celui de nos usages de l’Internet.

Chaque ligne générée par une connexion indique les informations suivantes : la date et l’heure de la connexion ; sa géolocalisation ; la fréquence associée.

In signal processing, white noise is “a random signal with a constant power spectral density.” In An Attempt at Exhausting White Noise, each connection to the website randomly generates a sound frequency ranging from 20 Hz to 20 kHz. This frequency is then added to the previous frequencies/connections, just as later frequencies/connections will add to it. The website’s activity thus is an endless process approaching the achievement of white noise – the one of our uses of the Internet.

Each line generated by a connection gives the following information: the date and hour of the connection; its geolocation; the associated frequency.

(Développement logiciel / software development : Ianis Lallemand & Aymeric Nunge)

Sonneries publiques

logo sonneries publiques moyen

Sonneries publiques (2014)

Les sonneries publiques sont des énoncés textuels présentés sous forme de sonneries pour téléphone portable et téléchargeables gratuitement. À chaque appel, votre téléphone portable devient un haut-parleur diffusant une phrase dans l’espace public.

Public ringtones are textual statements recorded as ringtones, that are freely downloadable. With each call, your phone becomes a loudspeaker broadcasting a sentence in the public space.

http://sonneriespubliques.tumblr.com

Economic Score #1

Deadalus_14_42

Economic Score #1 (2013)

La pièce Economic score consiste en la transposition d’une économie culturelle en partition. La version « CAC Brétigny, 2013 » comprend 3 tables à utiliser conjointement dans la préparation de l’interprétation.

Interprétée par l’ensemble DEDALUS, le samedi 14 décembre 2013

economic score2 economic score3

Deadalus_14_14

Sounds of silence

Sounds of silence

Disque vinyle 12’, Frac Franche-Comté / Alga Marghen, avec le soutien
des éditions Incertain Sens, 2013. Projet réalisé avec Patrice Caillet et Adam David.

« Sounds of silence » est une anthologie réunissant certains des plus intriguants morceaux de silence de l’histoire de l’enregistrement et comprend des pièces d’Andy Warhol, John Lennon, Maurice Lemaître, Sly & the Family Stone, Robert Wyatt, John Denver, Whitehouse, Orbital, Crass, Ciccone Youth, Afrika Bambaataa, Yves Klein, etc. Si tous ces morceaux ont en commun un même et unique matériau, et peuvent en cela paraître au premier abord interchangeables, ils sont en réalité on ne peut plus divers. Ainsi, oscillent-ils entre le performatif, le mémoriel, le politique, la critique, l’abstraction, le poétique, le cynisme, la blague, la technique, la promotion, l’absurde et l’indéterminé. Les morceaux choisis de cette anthologie rendent néanmoins tous compte de la spécificité de silences pensés et produits pour un médium reproductible, jouant de sa matérialité en le mettant à nu. Ils exposent et révèlent leur médium, jusque dans son usure et ses imperfections. Ce sont de simples surfaces, des spirales de sillon tournant sur elles-mêmes. Pour cette même raison, ces plages de silence se distinguent de la rupture conceptuelle opérée par John Cage avec 4’33’’. Depuis les années 1950, le silence a trouvé une place dans l’économie du disque et a connu d’innombrables appropriations. La plage de silence paraît en effet ne faire exception à aucun courant musical. « Sounds of silence » rejoue ces silences d’après leur support d’origine, conservant toutes les imperfections liées à leur matérialité propre et leur histoire spécifique, sans toutefois négliger le postulat d’une certaine satisfaction d’écoute chez l’auditeur. Cette approche documentée révèle les motivations effectives ou présumées de ces silences, tout en s’aventurant dans des correspondances ou des interférences inédites. Un disque « à jouer fort » (ou non), en tout lieu et toute circonstance : une réelle expérience auditive.

Disponible ici.

La production de l’espace

La production de l'espace

La production de l’espace (2013)

Logiciel programmé pour appeler de manière aléatoire les cabines de téléphone public d’un territoire donné (pour sa première présentation il s’agissait de l’agglomération du Val d’Orge dont dépend le CAC Brétigny), une cabine à la fois, à chaque fois que l’institution dans laquelle est exposée l’œuvre reçoit un email sur les adresses professionnelles de ses agents. Si une personne décroche, le logiciel annonce l’adresse de la cabine, puis lit le message électronique reçu. Le contenu du message demeure secret si personne ne décroche le combiné de la cabine. Dans l’espace d’exposition, des haut-parleurs diffusent en temps réel les sonneries intermittentes, mais aussi le message si le combiné est décroché à l’un des appels, ainsi que les éventuelles réactions de la personne qui décroche.

Le logiciel génère en temps réel une partition spatiale, chaque cabine étant comprise à la fois comme un point d’émission et un point d’écoute – point isolé et en même temps pris dans un réseau urbain de télécommunication.

Carte des cabines de téléphone public de l’agglomération du Val d’Orge (2013)

Carte des cabines de téléphone public de l’agglomération du Val d’Orge (2013)