Archives de l’auteur : Matthieu Saladin

Evaporation (record)

2022

LP, produced by Frac Franche-Comté and Salle Principale. Design graphic: Achim Reichert.

Recording of the evaporation of 785 grammes of water, namely the average quantity of water that a body loses during an office working day, according to Carrier thermal balance statistics. Duration: 47’38 ».

Enregistrement de l’évaporation de 785 grammes d’eau, soit la quantité moyenne d’eau qu’un corps perd sur une journée de travail dans un bureau, selon les statistiques d’un bilan thermique Carrier. Durée 47 minutes et 38 secondes.

L’oeuf Dogon et la répartition d’intensités

2022

Print, 13.7 x 21.5 cm. Score.

The Dogon Egg and the Distribution of Intensities

For breath. The score is the image that opens chapter 6 of Mille Plateaux and is captioned « the Dogon egg and the distribution of intensities ». The score is played by several people, without a limited number of participants. No instrument is necessary. No articulated sounds are emitted. The dotted lines of the drawing indicate the movements to be made by the participants, so that the whole of the movements carried out during the performance will eventually draw the performed graphic form. Each participant moves at his/her own pace. Each dash corresponds to an exhalation as long as possible. The distance covered for each dash is determined by the duration of this breath.

Imprimé, 13,7 x 21,5 cm. Partition.

Pour souffle. La partition est l’image qui ouvre le chapitre 6 de Mille Plateaux et légendée « l’œuf dogon et la répartition d’intensités ». La partition est jouée à plusieurs, sans nombre limité de participant·es. Aucun instrument n’est nécessaire. Aucun son articulé n’est émis. Les lignes en pointillés du dessin indiquent les déplacements à réaliser par les participant·es, de sorte que l’ensemble des mouvements exécutés durant la performance dessine à terme la forme graphique interprétée. Chaque participant·e évolue à son propre rythme. Chaque pointillé correspond à une expiration aussi longue que possible. La distance parcourue pour chaque pointillé est déterminée par la durée de ce souffle.

Oracle (aujourd’hui est-il un autre jour ?)

2022

LED display, Raspberry pi, controller, galvanized steel, aluminum, concrete, dimensions 318 x 206 x 515 cm.

Every day, at the official time of sunrise, an oracle is gradually revealed on the eastern rampart of the castle of Angers. The apparition is repeated fourteen times until sunset, the same number of scenes that have now disappeared from the tapestries of the Apocalypse exposed in the monument. These enigmatic sentences are determined by daily measurements of air pollution. They offer themselves to the interpretation of the quality of a new day and the world that accompanies it.

Technical team: Colin Bouvry (multimedia design), Théo Diers (production management), Raphaël Isdant (multimedia design), Agence KCS (structural design), Ianis Lallemand (computational design), Achim Reichert (graphic design).

Work presented at the Château d’Angers from June 27 to October 2, 2022, produced by the « Mondes nouveaux » program launched by the Ministry of Culture as part of France Relance, in collaboration with the Centre des monuments nationaux.

Écrans LED, Raspberry pi, contrôleur, acier galvanisé, aluminium, béton, dimensions 318 x 206 x 515 cm.

Chaque jour, à l’heure officielle du lever du soleil, un oracle se révèle progressivement sur le rempart Est du château d’Angers. L’apparition se répète en tout quatorze fois jusqu’au coucher du soleil, soit le nombre de scènes aujourd’hui disparues des tapisseries de l’Apocalypse conservées dans l’enceinte du monument. Ces phrases énigmatiques sont déterminées par des mesures quotidiennes de pollution de l’air. Elles s’offrent à l’interprétation de la qualité d’un nouveau jour et du monde qui l’accompagne.

Equipe technique : Colin Bouvry (régie multimédia), Théo Diers (suivi de production), Raphaël Isdant (régie multimédia), Agence KCS (design structure), Ianis Lallemand (design computationnel), Achim Reichert (design graphique).

Œuvre présentée au château d’Angers du 27 juin au 2 octobre 2022, produite par le programme « Mondes Nouveaux » mis en œuvre par le ministère de la Culture dans le cadre de France Relance, en collaboration avec le Centre des monuments nationaux.

La Logique culturelle du capitalisme tardif appliquée à la spatialité

2022

Protocol:

The Cultural Logic of Late Capitalism Applied to Spatiality can be activated in group or solo exhibitions, but necessarily including several works.

In the manner of a scenographic protocol, it consists in determining the distance between two works by the annual turnover of a group or a company whose foundation is active in the field of contemporary art. It is thus a question of transposing this turnover into a measure of distance. The conversion is done by simply substituting a unit of measurement for the monetary unit.

For example, if the LVMH group produces a turnover of 64 billion euros, the distance separating two works to be applied could be equal to 6.4 meters, according to a scale of 1/10,000,000,000.

Protocole :

La Logique culturelle du capitalisme tardif appliquée à la spatialité peut être activée dans des expositions collectives ou solo, mais comprenant nécessairement plusieurs œuvres.

À la manière d’un protocole scénographique, elle consiste à déterminer la distance séparant deux œuvres par le chiffre d’affaires annuel d’un groupe ou d’une société dont la fondation d’entreprise est active dans le champ de l’art contemporain. Il s’agit ainsi de transposer ce chiffre d’affaires en mesure de distance. La conversion s’effectue par simple substitution d’une unité de mesure à l’unité monétaire.

Par exemple, si le groupe LVMH produit un chiffre d’affaires de 64 milliards d’euros, la distance séparant deux œuvres à appliquer pourra être égale à 6,4 mètres, selon une échelle de 1/10 000 000 000.

Stroboscope de la confiance

2022

Programmed lighting device.

Stroboscope of confidence

Stroboscope whose flashes are determined by the data of the synthetic indicator of household confidence calculated by INSEE over the period from October 1973 to March 2020, that is to say the period separating two major economic crises, that of the first oil shock and that linked to the COVID-19 pandemic.

Dispositif lumineux programmé.

Stroboscope dont les clignotements sont déterminés par les données de l’indicateur synthétique de confiance des ménages calculé par l’INSEE sur la période d’octobre 1973 à mars 2020, soit la période séparant deux crises économiques majeures, celle du premier choc pétrolier et celle liée à la pandémie du COVID-19.

Détresse & dividendes

2022

Dimensions 12 x 9 x 8 cm.

Two metronomes are fixed one to the other, forming a sculpture on the floor. Their rhythms are extremely close, although slightly asynchronous. The rhythm of one is set at 44 bpm. It reflects the rate of psychological distress at work measured by a barometer of the polling institute Empreinte Humaine in October 2021. The second is set at 42 bpm. It translates, also by unit substitution, the number (in tens of thousands of euros) of dividends per minute made at the same time by the CAC 40 companies.

Dimensions 12 x 9 x 8 cm.

Deux métronomes sont collés l’un à l’autre, formant une sculpture déposée à même le sol. Leurs rythmes sont extrêmement proches, quoique légèrement asynchrones. Le rythme de l’un est réglé à 44 bpm. Il reprend le taux de détresse psychologique au travail mesuré par un baromètre de l’institut de sondages Empreinte Humaine en octobre 2021. Le second est réglé quant à lui à 42 bpm. Il traduit, également par substitution d’unité, le nombre (en dizaines de milliers d’euros) de dividendes par minute réalisés au même moment par les entreprises du CAC 40.

(After) Chambers

2022

Performance

In the context of the exhibition Une musique intérieure (Conduct, Language, Voice, Inner Ears) (February – April 2022 at Tabakalera, San Sebastian, Spain), where I presented the piece The gap all else being equal, the curator Pierre Bal-Blanc asked me to coordinate the activation of Alvin Lucier’s Chambers (1968), which he would also like to include in the exhibition. Chambers is a work that consists of « moving large and small resonant environments ». The piece invites us to listen to recordings of large resonant spaces (such as a stadium) in medium or small objects, considered as small resonant spaces (such as a teapot).

I accepted on the condition that I added a constraint other than acoustic in the choice of environments. My proposal wished to give to hear an imbrication of spaces, but also of functions, sites and positions, like so many chambers susceptible to enter in resonance. As Lucier underlines in this work, listening to an environment through another implies renewing one’s relationship to listening. It is not so much a question of listening to an object, a subject or an event, but a relation, to apprehend the listening itself as a relation attaching itself to « simple or complex » relations. The relations are here extended from acoustics to politics and economy. The spaces recorded are those of the headquarters and architectural buildings of the sponsorships of the Tabakalera art center. The small resonant spaces are personal objects that I asked each member of the art center’s executive board to entrust to me for the duration of the exhibition. Finally, the performance consisted of a procession in which the different people in charge of the art center each carried their object inside which the recording of one of the sites resonated, from their office to the exhibition space where the objects were then placed on the ground.

The project was prepared prior to the exhibition during a workshop with students, conducted with Xabier Erkizia. In view of its distance from the source score, the performance is renamed (After) Chambers.

Dans le cadre de l’exposition Une musique intérieure (Conduct, Language, Voice, Inner Ears) organisée entre février et avril 2022 à Tabakalera, à San Sebastian en Espagne, et où je présente la pièce L’écart toutes choses égales par ailleurs, le commissaire Pierre Bal-Blanc me propose de coordonner l’activation de Chambers (1968) d’Alvin Lucier qu’il souhaite également intégrer à l’exposition. Chambers est une œuvre consistant à « déplacer des environnements résonants de grandes et de petites tailles ». La pièce invite à écouter des enregistrements d’espaces résonants de taille importante (comme un stade) dans des objets de taille moyenne ou réduite, considérés comme de petits espaces résonants (comme une théière par exemple).

J’accepte à la condition d’ajouter une contrainte autre qu’acoustique dans le choix des environnements. Ma proposition souhaite donner à entendre une imbrication d’espaces, mais aussi de fonctions, de sites et de positions, comme autant de chambers susceptibles d’entrer en résonance. Comme le souligne Lucier dans cette œuvre, écouter un environnement à travers un autre implique de renouveler son rapport à l’écoute. Il ne s’agit plus tant d’écouter un objet, un sujet ou un événement, mais une relation, d’appréhender l’écoute elle-même comme une relation s’attachant à des relations « simples ou complexes ». Les relations sont ici étendues de l’acoustique à la politique et à l’économie. Les espaces enregistrés sont ainsi ceux des sièges sociaux et des bâtiments architecturaux des sponsors et tutelles du centre d’art Tabakalera. Les espaces résonants de petite taille sont quant à eux des objets personnels que je demande à chaque membre du bureau exécutif du centre d’art de me confier pour la durée de l’exposition. La performance consiste enfin en une procession où les différent·es responsables du centre d’art portent chacun·e leur objet à l’intérieur duquel résonne l’enregistrement d’un des sites, depuis leur bureau jusqu’à l’espace d’exposition où lesdits objets sont ensuite déposés au sol.

Le projet est préparé en amont de l’exposition dans le cadre d’un workshop mené avec Xabier Erkizia et des étudiant·es. Au regard de son écart avec la partition source, la performance est renommée (After) Chambers.

Les modulations du plan

2021

Radio creation

In the fall of 2021, the leaflet Les plans des ondes stationnaires served as the score for a radio carte blanche on AE Radio from November 22 to 28 – a radio station managed by the same association as the residency. The resulting sound work is entitled Les modulations du plan. Each day, at sunrise, the frequencies corresponding to the standing waves of one of the rooms of the artists’ residence, the Villa les Vallières, are broadcast continuously. Each day, they are introduced by audio archives of the site, themselves modulated by these same frequencies. Each archive is associated with an existing room in the villa. However, they all relate to the same project: that of an extension of the villa, which has not yet been completed for political reasons.

À l’automne 2021 le dépliant Les plans des ondes stationnaires sert de partition pour une carte blanche radiophonique sur AE Radio du 22 au 28 novembre – radio gérée par la même association que la résidence. L’œuvre sonore qui en résulte s’intitule Les modulations du plan. Chaque jour, au lever du soleil, les fréquences correspondant aux ondes stationnaires d’une des pièces du lieu de résidence pour artistes la villa les Vallières sont diffusées en continu. Chaque jour, elles sont introduites par des archives audio du site, elles-mêmes modulées par ces mêmes fréquences. Chaque archive est associée à une pièce existante de la villa. Elles se rapportent néanmoins toutes à un même projet : celui d’une extension, à ce jour non aboutie pour des raisons politiques, de la villa.

« ou non »

2021

Textual insert in a professional training booklet

In November 2021, the BBB art center informed me that they wanted to associate the title of a work I produced in this structure in 2019 (Horloge lestée) with the title of a professional training for artists planned for May 2022 and dealing with the administrative management, financing and organization of the artist’s activity. I approved on the condition that the word « or not » be added after each objective of the training in the presentation text of the brochure published by the art center. Thus « course 4 / Horloge lestée » is presented as consisting of « organizing and framing « or not » one’s activity as an artist; knowing how to build « or not » an action plan for one’s activity; setting « or not » strategic objectives and declining them « or not » into operational objectives; acquiring « or not » an efficient and serene work method in order to approach « or not » the articulation between personal and professional time; knowing how to elaborate « or not » a communication strategy adapted to one’s activity, to one’s objectives, to one’s actions. »

Insert textuel dans un livret de formation professionnelle

En novembre 2021, le BBB centre d’art m’informe vouloir associer le titre d’une œuvre que j’ai produite dans cette structure en 2019 (Horloge lestée) au titre d’une formation professionnelle pour artistes prévue en mai 2022 et portant sur la gestion administrative, le financement et l’organisation de l’activité d’artiste. Je donne mon accord à la condition que la formule « ou non » soit ajoutée après chaque objectif de la formation dans le texte de présentation de la brochure éditée par le centre d’art. Ainsi le « parcours 4 / Horloge lestée » est présenté comme consistant à « organiser et cadrer “ou non” son activité d’artiste ; savoir construire “ou non” un plan d’action pour son activité ; fixer “ou non” les objectifs stratégiques et les décliner “ou non” en objectifs opérationnels ; acquérir “ou non” une méthode de travail efficace et sereine afin d’aborder “ou non” l’articulation entre temps personnel et temps professionnel ; savoir élaborer “ou non” une stratégie de communication adaptée à son activité, à ses objectifs, à ses actions. »

Data-ventriloquisme

2021

Performance

A voice is speaking. I know its tone, its range, its rhythm, its hesitations and its assurance, its formulas, its breath, its mouth clicks and other characteristic sounds of its phonatory apparatus, its pauses and its own flow. I listen to him and speak to him in turn. Who is talking? A barometer, an index, a referencing, a ranking, an information, a personalized advertisement, a recommendation, a note, a GPS, a click, or maybe a high frequency transaction, a preference, a benchmark, a survey, a list, a comment, a cookie, a counter, a like, a ranking, a vote, an algorithm. This performance is interested in the work of the data on the processes of individuation, and in return to what these last ones get to this one, to the possible predictions around which their dialogue turns.

This project continues the work of voice processing by indexing data and statistics elaborated in the framework of the piece European Crisis Tim Capsule, but this time applying it live to my own voice or to the voices of people I collaborate with.

Its first activation took place at the Centre culturel des Chiroux in Liège, where I was invited in November 2021 to perform, and then to dialogue with the architect Bernard Deffet. Proposing to bring together these two moments of the evening, I modulated live the voice of my interlocutor who decided to record the reading of a text on the relationship between architecture and tourism in Croatia in connection with a project on which he was working then.

Une voix parle. Je connais son timbre, sa tessiture, son rythme, ses hésitations et son assurance, ses formules, son souffle, ses claquements salivaires et autres bruits caractéristiques de son appareil phonatoire, ses pauses et son débit propre. Je l’écoute et lui parle à mon tour. Qui parle ? Un baromètre, un indice, un référencement, un palmarès, une information, une publicité personnalisée, une recommandation, une note, un GPS, un clic, ou peut-être encore une transaction à haute fréquence, une préférence, un benchmark, un sondage, une liste, un commentaire, un cookie, un compteur, un like, un classement, un vote, un algorithme. Cette performance s’intéresse au travail des données sur les processus d’individuation, et en retour à ce que ces derniers procurent à celui-ci, aux éventuelles prédictions autour desquelles tourne leur dialogue.

Ce projet reprend le travail de traitement vocal par indexation de données et statistiques élaboré dans le cadre de la pièce European Crisis Tim Capsule, mais en l’appliquant cette fois en direct à ma propre voix ou celle de personnes avec qui je suis amené à collaborer.

Sa première activation a pris place au Centre culturel des Chiroux à Liège, où je suis invité en novembre 2021 pour faire une performance, puis à dialoguer avec l’architecte Bernard Deffet. Proposant de réunir ces deux moments de la soirée, je module en direct la voix de mon interlocuteur qui décide pour sa part d’enregistrer la lecture d’un texte sur les rapports entre architecture et tourisme en Croatie en lien avec un projet sur lequel il travaille alors.